01 juin 2017

Séance 30 - Fire walk with me

Transposition de l'univers télévisuel créé par David Lynch et Mark Frost pour le grand écran, Twin Peaks Fire walk with me marque un tournant dans la filmographie du cinéaste. Si le film perd peut-être du charme de la série, du mélange des genres de celle-ci, et oublie de nombreux personnages secondaires, il permet à David Lynch de faire un pas de plus vers l'effrayante puissance visuelle qui aboutira aux cauchemars que sont Lost Highway, Mulholland drive et l'extrême Inland Empire. Dans ce passage du petit écran à la toile des... [Lire la suite]
Posté par ccert à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2017

Séance 29 - Inland Empire

« Cette chanson a battu les records de longévité sur les ondes. Ce soir, dans toutes les régions Baltes, Un jour gris d’hiver dans un vieil hôtel ». Inland Empire s’ouvre sur cette voix de speaker radiophonique, et sur une image de vinyle qui tourne. Cette image de vinyle, répétée de manière lancinante à travers tout le film, évoque, comme la route serpentine de Mulholland drive, un éternel recommencement. Elle fait écho, aussi, au Jitterbug introductif de Mulholland drive, et au club de jazz de Lost Highway. Trois films... [Lire la suite]
Posté par ccert à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2017

Séance 28 - Une histoire vraie

Un film de David Lynch distribué par les studios Disney, qui l’eut cru ? Pourtant, Une histoire vraie a toute sa place dans la filmographie de David Lynch. Le film est relié, d’une part, à Elephant Man et Dune. Comme pour ces deux autres films, la photographie est signée Freddie Francis, célèbre chef opérateur et réalisateurs de classiques fantastiques pour la Hammer dans les années 60 et 70. Freddie Francis donne à Elephant Man, Dune et Une histoire vraie une force classique au cinéma de Lynch. Avec Une histoire vraie, le duo... [Lire la suite]
Posté par ccert à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Séance 26 - "Lost Highway"

David Lynch assume son goût pour les truquages les plus artisanaux, issus du surréalisme des débuts du cinéma. Dans Cinéma et Magie, l'auteur Maxime Scheinfeigel voit lui aussi Lost Highway comme un film d'illusionniste. Il le compare (comme dans la vidéo ci-dessus), à Jean Cocteau, mais cette fois à Orphée. Il arrive que le cinéma contemporain, pourtant habitué aux fastes inépuisables des images virtuelles en tout genre, préserve la simplicité des représentations, dès lors qu'elles jaillissent d'un contact direct avec la... [Lire la suite]
Posté par ccert à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2017

Séance 25 - "Wild at heart"

En 1990, David Lynch se voit proposer par son ami le producteur Monty Montgomery de devenir coproducteur de l’adaptation du roman Wild at heart, the story of Sailor and Lula de l’écrivain Barry Gifford. Mais Lynch tombe amoureux du scénario, et de producteur, il devient finalement réalisateur du film. Il voit dans cette fiction « une romance vraiment moderne dans un monde violent – un film sur une histoire d’amour née en enfer ». Lynch réadapte la première version du scénario écrite par l’auteur du roman. Il en transforme la... [Lire la suite]
Posté par ccert à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2017

Séance 24 - "Blue Velvet"

Comme l'explique David Lynch face aux images d'introduction de Blue Velvet, le ralenti sert à donner un sentiment onirique. Dès le départ, il n'y a pas de frontière entre la réalité (d'un village, qui est filmé), et le rêve (l'atmosphère, au ralenti). Ce sentiment de rêve se transforme. On passe du rêve de ville idéale, au cauchemar. Quelque chose cloche (le robinet). Chez Lynch, c'est le passage d'un monde à l'autre qui compte. Jeffries passera du rêve au cauchemar, mais aussi du "bien" (vision idéalisée de deux adolescents... [Lire la suite]
Posté par ccert à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2017

Séance 23 - Elephant Man

Elephant Man / Eraserhead Comparaison dans Dictionnaire du cinéma de Jacques Lourcelles : "Ce deuxième film de David Lynch est à certains égards le contraire du premier. Eraserhead donnait une force réaliste à une histoire extravagante et fantastique. Elephant Man confère une ampleur fantastique à une intrigue réaliste tirée de la biographie d'un personnage réel qui a inspiré divers ouvrages littéraires, scientifiques et dramatiques. (Par ailleurs, John Merrick écrivit son autobiographie, d'où Lynch a repris l'explication... [Lire la suite]
Posté par ccert à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2017

Séance 22 - Eraserhead, Un chien andalou, The Grandmother

Lynch et le "naturalisme" selon Deleuze Dans l'Image-Mouvement, Gilles Deleuze s'interroge sur le naturalisme en littérature, et sur son équivalent cinématographique. Le naturalisme, selon Deleuze, n'est pas le réalisme. Selon le philosophe, c'est Zola qui caractérise mieux le naturalisme : la description d'un milieu, avec force de détails, met en lumière le "comme si" de ce milieu. Il ne s'agit que d'un milieu "dérivé", où l'on fait "comme si". Il existe, sous-jacent, un "milieu originaire". Ce milieu originaire, secret, caché,... [Lire la suite]
Posté par ccert à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]